A Kasindi, cité située à la frontière RDC – Ouganda, les bénéficiaires de la spoliation de l’espace du marché public  construisent déjà !

Le marché de Kasindi-Lubirihia est en cours de spoliation et les acquéreurs de cet espace public vital pour le commerce frontalier entre la RDC et l’Ouganda sont depuis ce lundi 11/09 passés en phase le  construction. Cette spoliation, qui a soulevé la colère des habitants aurait été portée à la connaissance des autorités provinciales du Nord Kivu par plusieurs notabilités qui assurent avoir reçu des promesses de mesures sévères envers les coupables depuis ce mardi 12/09, mais entre-temps, sur place,  rien ne bouge !

Plusieurs acteurs de la société civile du territoire de Béni, à l’instar de Maître Jean Paul NGAHANGONDI, coordinateur de l’ONG CRDH, avaient pourtant plusieurs fois dénoncé la vente d’une partie du marché de Lubirihia depuis plus de 2 mois.

Apparemment, leurs efforts ont été vains: ce qui avait été qualifié de fausses accusations par certains s’est aujourd’hui matérialisé, et les chantiers sont à présent  ouvertement en activité, rétrécissant l’espace réservé au marché public de Kasindi Lubirihia.

Qui serait derrière cette vente de terrain public ?

Selon des notabilités contactées sur place par Tshukudunews.com, ceci est le fruit d’une association du Chef de Secteur Rwenzori, Monsieur BOZI SINDIWAKO et du Fonctionnaire Délégué de Kasindi, monsieur Paul KAHINDO KATEMBO  dont les manœuvres dans ce sens sont régulièrement dénoncées par la Société Civile.

En plus, les deux précités ont été identifiés par plusieurs sources comme les principaux vendeurs d’une partie de ce marché frontalier.  Le prix de la parcelle est même connu du public: il varie entre 2 mille et 3 mille dollars américains la portion. Au vu du commencement des travaux de construction par les acquéreurs de ces concessions publiques, la population et les vendeurs de Kasindi ont décidé de saisir le Gouverneur du Nord-Kivu Julien PALUKU KAHONGYA et son ministre Provincial des Affaires Foncières,  Carly NZANZU KASIVITA.

Aux dires des notables contactés par notre rédaction,  ces autorités se seraient déclarées  » surprises et fâchées » par la spoliation du marché de la cité frontalière de Kasindi, alors que celle-ci connait une croissance rapide de sa population et que ledit marché constitue la plaque tournante du commerces transfrontalier entre l’Ouganda et la RDC.

En particulier, le ministre des affaires foncières se serait déclaré très déçu par cette nouvelle car la province serait en négociation avec la Banque Mondiale pour la modernisation de ce marché stratégique.

Un élu du coin qui, à requis l’anonymat, a confié à notre rédaction avoir également échangé avec les autorités provinciales sur la question ce mardi 12/09 au soir suite à quoi, selon lui, des assurances lui auraient été données que  » des mesures sévères étaient en cours de préparation à Goma pour mettre fin à cette spoliation et en sanctionner les auteurs ».

Cependant, jusqu’au moment où nous publions cette nouvelle, nos sources sur place nous renseignent que les  chantiers et tout le personnel qui y travaille continuent tranquillement leurs activités. Au cas où les choses en restaient là,   la conséquence sera une sérieuse réduction de la concession du marché de Kasindi.


Cette éventualité est la pire crainte des habitants du coin dont le nombre ne cesse d’augmenter.
Par ailleurs, la réduction de la superficie de ce marché qui constitue la plaque tournante du commerce frontalier aurait des conséquences économiques néfastes, car les commerçants auront tendance à traverser la frontière et ceci constituera un énorme manque à gagner pour la RD Congo et le Nord-Kivu.

Ce dossier reste donc ouvert.

Abraham MUSITSHI.