Cardinal Mosengwo: « Kinshasa, lève-toi et brille ! »

Tel est le cantique que l’archevêque de Kinshasa a, ce jeudi 04/12 dans la cathédrale Notre Dame du Congo, entonné à la fin de son adresse clôturant la grande messe qui commémorait à la fois les martyrs du 04 janvier 1959, et ceux du 31 décembre 2017, cérémonie où les prêtres ayant accompli 25 ans de sacerdoce ont également été en l’honneur.

Dans son speech, l’orateur du jour a d’abord circonscrit la manifestation, en félicitant les prêtres (abbés et pères) jubilaires, lesquels ont reçu des Diplômes d’Honneur leur envoyés par Sa Sainteté le Pape François à travers le Nonce Apostolique, Monseigneur Federico MONTEMAYOR.

Parlant des martyrs de l’indépendance dont la disparition date à présent de 59 ans (1959-2018), le prélat a rendu hommage à leur merveilleux sacrifice qui a eu pour conséquence la précipitation de la marche du Congo Belge vers l’indépendance dont jouit à présent la RDC.

«  Ils nous rappellent les victimes des brutalités policières de ce dimanche 31/12/2017, tombés pendant que, sur appel de la Coordination des Laïcs, ils marchaient le chapelet à la main en chantant des cantiques, juste pour réclamer l’application totale et intégrale de l’Accord du 31/1/2016. Ils sont donc morts simplement parce qu’ils nous rappelaient notre de devoir de respecter nos engagements », a souligné l’orateur.

Après avoir supplié Dieu Tout Puissant d’accueillir ces héros dans son Royaume, le Cardinal Laurent MOSENGWO PASINYA  a clôturé son discours par cette exclamation :

« N’est-il pas beau de voir autant de congolais réunis ensemble pour un meilleur avenir de notre beau pays ? »

Un tonnerre d’applaudissements a répondu à cette phrase.

C’est alors que Cardinal a entonné son cantique préféré : « KINSHASA, TELEMA ONGENGA », en français : « Kinshasa, lève-toi et brille ! ».

Avec enthousiasme, toute la foule a repris le cantique en chœur.

 

Aline ENGBE