*DÉCLARATION DE LA CRDH FACE A LA DÉGRADATION DE LA SITUATION SÉCURITAIRE DANS LA ZONE DE BENI-LUBERO*.

*ORGANISATION DE DÉFENSE DES DROITS HUMAINS, CONVENTION POUR LE RESPECT DES DROITS HUMAINS ( CRDH ) EN SIGLE*.

 

*COORDINATION NATIONALE, SIEGE SOCIAL A OÏCHA*

Contacts :

crdhoicha@gmail, ngahangondijp@gmail.com.

+243 996525717, +243 898735074. +243 816543533.

 

*DÉCLARATION DE LA CRDH FACE A LA DÉGRADATION DE LA SITUATION SÉCURITAIRE DANS LA ZONE DE BENI-LUBERO*.

 

Nous sommes très préoccupés par la dégradation de la situation sécuritaire dans cette partie de la république démocratique du Congo. C’est depuis le début de cette année *2017* que la situation sécuritaire a changée une forme suite au phénomène mai mai.

 

Au niveau de la *CRDH*, nous pensons que l’intensité des activités criminelles des *mai mai* dans la Zone de Beni-Lubero doit vite interpeller la Conscience de l’autorité du pouvoir central qui semble être indifférent devant cette *catastrophe sécuritaire* au quelle la population est soumise. Ces attaques répétitives contre les *emblèmes et installations de l’État* ne sont pas seulement les actes de sabotage de toute *une nation* mais plutôt les menaces que le pays tout entier est en train de courir sur le plan sécuritaire.

 

l’État Congolais a le *devoir* et *l’obligation* de stopper le plus vite possible cette nouvelle rébellion qui *serait* en train de prendre corps à l’est de la RDC sous les yeux impuissants des officiels et qui malheureusement dans les jours avenir finira à déstabiliser toutes les institutions de la république comme fut le cas avec les autres que nous avions connus.

 

Chères autorités, il est encore temps d’agir pour prouver que l’État n’est pas du tout absent dans ce pays si réellement il existe encore.

 

*Fait à Oïcha, le 31/08/2017, pour la CRDH, Coordination nationale*

 

Maître Jean-Paul PALUKU NGAHANGONDI président national.