« Les Chefs coutumiers  vont s’investir pour des élections apaisées  (Mwami MUNONGO)

« Nous sommes  les pères de tout le monde, ouverts à tous, nous écoutons tout le monde, et nous souhaitons que la CENI trouve les moyens d’écouter aussi tout le monde mais nous, le pouvoir coutumier, nous souhaitons sincèrement que les élections aient bel et bien lieu dans ce pays, et que tout se passe dans la paix et la sérénité. Nous allons donc instruire tous les chefs de groupements, les chefs de villages et les populations pour ce que ceci se fasse ». A déclaré l’Honorable Godefroid MUNONGO  à la presse ce lundi à la CENI.

Cette prise position a des chefs coutumiers par a été rendue publique ce lundi 13/11 au sortir de la rencontre de ces derniers avec la CENI par le Président de l’ANATEC (Association Nationale des Autorités Traditionnelles et Coutumières), qui n’est autre que l’Honorable Mwami Godefroid MUNONGO.

A noter que cette réunion, qui a regroupé environs 300 chefs coutumiers autour du Vice-Président de la CENI, a marqué la redynamisation du cadre de concertation entre la Centrale électorale et les chefs coutumiers, structure crée en 2004 par le regretté Professeur Apollinaire MALU-MALU, alors président de la C. E. I. ; qui était déjà secondé par monsieur BASENGEZI

A cette occasion, ce dernier a souligné l’importance des chefs coutumiers dans la sensibilisation des aux élections : «  les chefs coutumiers sur toute l’étendue de la RDC. Ils sont dans les 26 provinces, 181 circonscriptions prévues pour les législatives nationales,, 201 circonscriptions où auront lieu les provinciales, mais aussi dans nos  330 territoires,734 chefferies et secetrus,6095 groupements et  88000 villages. Tout le monde : majorité, opposition, société civile…viendra vers eux pour chercher des voix », a-t-il expliqué à la presse.

« C’est en vertu de tout ceci que l’accord de la Saint Sylvestre en son point 4, parlant du processus électoral, donne à la page 10 un mandat aux confessions religieuses et aux chefs coutumiers pour vulgariser cet accord et pour sensibiliser leurs populations pour les élections apaisées », a encore précisé monsieur  BASENGEZI.

 

Aline ENGBE