Les Femmes se plaignent de la faiblesse des moyens de sensibilisation de la CENI.

 

 

C’est l’une des plaintes exprimées par les responsables des associations et organisations féminines à l’issue de la matinée électorale organisée le mercredi 23 août par la CENI en faveur du Consortium des associations féminines impliquées dans le processus électoral, manifestation qui a eu pour cadre le siège de la CENI.

Résumant les objectifs et les activités du jour à la presse, madame Elogie Ntamuzinda, membre de l’assemblée pléniére de la CENI,  a souligné le fait qu’il était question de l’État des lieux du processus électoral car, a-t-elle martelé :  » la CENI n’aura jamais de Tabou ».
Par la suite, l’oratrice a reconnu l’existence de plusieurs contraintes dont le démarrage tardif de l’évaluation dû à l’installation tout aussi tardive du CNSA, prévue en janvier et qui n’a finalement eu lieu qu’en août 2017.
Elle a noté aussi les contraintes logistiques, législatives et financières etc.

Pour leur part, les participantes ont regretté l’insuffisance des moyens qui a réduit les capacités de sensibilisation de la CENI et lancé un appel au Gouvernement et aux partenaires internationaux de la Centrale Électorale pour que ceux-ci matérialisent leurs promesses financières afin de faciliter la poursuite du processus.

Aline ENGBE.