Mosengwo appelle au départ de Kabila

 » Il est temps que le médiocres dégagent pour que règnent la paix et la justice ». Tels sont les mots les plus frappants du message signé ce mardi par le Cardinal Laurent Mosengwo, destiné aux congolais et au monde.

C’est un ton indigné, direct et condamnant ouverment le pouvoir que l’archevêque de Kinshasa a utilisé à cette occasion.

Dans ce texte, au bout d’une longue liste de dénonciations, le Cardinal a clairement déclaré que Kabila doit à présent quitter le pouvoir:  » Est temps que les médiocres dégagent afin que règnent la Paix et la Justice. « , a-t-il décrété.

Avant ce verdict qui est tombé de ses lèvres comme un couperet de la guillotine, le Chef de l’Église catholique du pays a d’abord dénoncé plusieurs comportements du pouvoir, qu’il accuse d’avoir « volontairement violé l’Accord obtenu sous les auspices de la CENCO ».

Pour preuves, le prélat dénonce le comportement  » Barbare » des policiers et des militaires le dimanche de la Saint Sylvestre:  » Fouilles des citoyens et encerclement des paroisses, empechement des chrétiens de participer à la messe, tirs à balles réelles et au gaz lacrymogènes dans les églises en pleine messe ayant provoqué des morts de citoyens, des blessures et autres traumatismes.

Allant plus loin, le premier des évêques congolais a stigmatisé les incursions suivies de pillages de téléphones, de l’argent et d’autres biens de valeurs de chrétiens.

Dans la suite, l’Archeveque de Kinshasa’ est indigné de la violation de la liberté de religion, qui est une des libertés fondamentales dans tout pays civilisé.

Du coup, le Cardinal s’interroge:

« Comment peut on faire confiance à des dirigeants incapables de protéger la population, de garantir la paix et même l’amour du peuple?  »

« L’instrumentalisation de la liberté de religion pour masquer l’accaparement des ressources et le maintien au pouvoir par des voies irrégulières ont causé des graves dommages aux sociétés, malheureusement aussi la nôtre » regrette Laurent Mosengwo avant de chuter par ces mots sans équivoque :

« Il est temps que les médiocres dégagent! ».

Avec ce message, il est clair que la RDC est désormais plongée dans une profonde crise politique.

 

Aline ENGBE