OLEGNHAKOY appelle les congolais à privilégier la paix, le dialogue et le pardon

Dans son adresse à ses pairs et à sa base lors de la grande Réunion du RASSOP Kasa-Vubu qui a eu pour cadre le siège des FONUS ce vendredi 19 janvier, le leader de cette plate-forme a lancé un véritable appel à la responsabilité de ses compagnons et à leur sagesse face aux nombreux défis que la Nation doit affronter. « Ma mission, en tant que disciple d’Etienne TSHISEKEDI et Président du CNSA est de dialoguer avec tout le monde, de rechercher la paix, de lutter pour l’application intégrale de l’Accord, de m’assurer de la bonne marche du processus électoral et non m’affronter avec les partenaires », a martelé Joseph OLENGHAKOY.

« La mission que je dois remplir aux côtés du Président KABILA suite au mandat que vous m’avez donné m’oblique à rester au milieu du village », a-t-il souligné.

« C’est l’occasion de vous informer, la main sur le cœur, que c’est par les médias que j’ai appris que le RASSOP/Kasa-Vubu, qui est au pouvoir, voudrait organiser des marches dont personne ne m’a parlé. Ceci m’a surpris car la mission des institutions est d’abord de répondre aux attentes de notre peuple qui souffre, de sécuriser les congolais et de préparer les élections. Je ne vois pas comment le Gouvernement peut organiser des marches, ou alors les gens risquent de se demander s’il comprend sa mission. » A poursuivi le leader des FONUS.

« Autour de cette histoire, il y a eu des propos désobligeants qui sont passés dans les médias à mon sujet ces derniers jours : je vous demande, chers chefs des partis, responsables des organisations et membres de notre plate-forme, qui ont été choqués par des dérives, de pardonner à leurs auteurs. En effet, nous devons éviter de violer la culture de nos parents et de nous lancer dans des échanges des injures. Cependant, je dois vous le dire : on ne peut pas gérer un pays avec des mensonges et des injures. »

« Concernant les marches et les revendications des catholiques, mon devoir n’est pas de les affronter, mais de les approcher pour comprendre leurs demandes et chercher comment, ensemble, nous pouvons servir la République. » a révélé le Président du CNSA avant de préciser :

« Les catholiques ne seront jamais les ennemis du pays, les protestants ne le seront jamais, les musulmans ne le seront jamais, les kimbanguistes et les membres des églises du réveil non plus. »

Chers compatriotes, nous affronter en ce moment ne sert à rien et risque d’amener des conséquence que nous aurons du mal à gérer, tandis que le dialogue et la tolérance peuvent nous permettre de résoudre nos problèmes dans la paix et aller de l’avant ».

Rédaction

0 vues