Nord-Kivu : Manifestations de colère à BENI/OICHA ce matin suite au meurtre d’un enfant par un soldat FARDC !

Les habitants du Chef-Lieu du territoire de BENI manifestent avec colère depuis le lever du soleil ce mardi 21/11 suite à la mort du jeune PAULAIN, âgé de 18 ans, froidement abattu par un élément FARDC à qui ce dernier aurait été incapable de remettre une petite somme d’argent. Chose regrettable ce crime crapuleux a eu lieu le 20 novembre 2017, en pleine  Journée Mondiale de l’Enfant !

C’est avec un étonnement doublé de colère que la population de OICHA, ville qui est le chef-lieu du territoire de BENI, a appris le crime d’un militaire indiscipliné des FARDC qui a demandé une petite somme à un enfant de 18 ans prénommé « PAULAIN », qui n’a pas obtempéré et s’est retrouvé avec une balle dans le ventre.

Suite à ce crime, la population a spontanément manifesté depuis ce mardi matin.

En réaction,  pour ramener le calme dans la cité, la police a usé de gaz lacrymogènes, mais a aussi malheureusement usé de tirs à balles réelles.

Joint par tshukudunews.com, monsieur Jean-Paul NGAHANGONDI, Président du CRDH (Centre de Recherche pour les Droits Humains) a confirmé la blessure par balle d’au moins trois civils et nous a également fait par des efforts des forces vives qui se sont joint au commandement des FARDC pour tenter de faire retomber la tension.

« Les personnes qui ont été atteints par  balle  viennent d’être conduites à l’hôpital général de OICHA. », nous a dit cet acteur de la société civile locale.

Cet acte barbare, perpétré par un élément censé protéger la population  a scandalisé une population qui se plaint de la recrudescence de bavures et des actes d’indiscipline des militaires déployés dans la zone : « ils prennent ce qu’ils veulent par force et n’ont aucun respect pour nous. C’est triste que les congolais soient tués par les ADF dans la brousse et par des FARDC indisciplinés dans la ville ! », a gémi monsieur MACHOZI, un commerçant de la place. « Avant-hier, ils m’ont pris ma chèvre et mes deux poules », s’est plaint madame Caroline KAWALINA, une autre habitante de la zone.

Au vu de la somme des bavures et des actes criminels de ces hommes, tshukudunews.com estime que le commandement des FARDC et l’auditorat militaire ont le devoir de prendre les mesures nécessaires pour redorer le blason de l’armée nationale et améliorer ses relations avec la population, chose indispensable dans une situation de guerre asymétrique comme celle qui prévaut BENI.

 

ABRAHAM MHUSITSHI